single

Nouvelle saison de CINÉ-BLABLA du CRAPO

À compter de mercredi 20 février, le Centre régional d’animation du patrimoine oral (CRAPO) débutera sa programmation régulière, comportant cinq documentaires et cinq fictions. Proposant chaque semaine des thématiques riches et variées en vue de susciter la réflexion, Ciné-Blabla table résolument sur le cinéma d’auteur d’ici et d’ailleurs. Une chance unique de voir ou de revoir au grand écran des films peu diffusés en salle avec, en bonus, une fiche d’information critique sur l’œuvre présentée et l’occasion d’en discuter.

Le documentaire Les Coasters ouvre le bal en proposant un voyage dans le temps, un retour à un mode de vie empreint d’une simplicité et d’un esprit de communauté hors du commun, forcé par l’isolement du territoire de la Basse-Côte-Nord, où 5 000 résidents francophones, anglophones et innus cohabitent dans les villages répartis le long des 375 kilomètres du golfe du Saint-Laurent. Certaines réalités rurales sont à nouveau explorées le 27 février avec Normandie nue, une comédie que l’on pourrait qualifier d’« à l’anglaise » avec un mélange d’humour tout en finesse et de préoccupations sociales.

Les liens ambigus qu’entretiennent la religion et la politique au détriment des droits et libertés des femmes à travers le monde sont abordés dans Quand les pouvoirs s’emmêlent, donnant la parole à des femmes et des hommes de la Tunisie, de la France, des États-Unis et du Québec, sous l’œil attentif de Vincent Gratton qui anime les entrevues. Ce documentaire sera présenté le 6 mars en collaboration avec le Centre au cœur des femmes et en présence d’un membre de l’équipe de production.

Emma Peeters, une comédie belge aussi charmante que désopilante, prend la relève le 13 mars. La Québécoise Monia Chokry y interprète une comédienne qui, à l’approche de ses 35 ans, envisage de mettre fin à ses jours, convaincue d’avoir atteint sa date de péremption. Comme quoi la pression des standards de jeunesse n’est jamais très loin…

Les activités dans le port de Québec de la multinationale Arrimage du Saint-Laurent provoquent des retombées toxiques dans le quartier Limoilou. Une simple citoyenne réussira-t-elle à l’obliger à se conformer aux lois? C’est ce que vous saurez en visionnant Bras de fer, présenté par le Mouvement écologique Mathalois (MEM) le 20 mars. Réalisé pendant cinq ans par deux cinéastes engagés, ce documentaire suit pas à pas cette lutte citoyenne d’abord médiatique puis judiciaire.

Mercredi 27 mars, place au fabuleux Fabrice Luchini dans Un homme pressé, comédie inspirée d’une histoire réelle, qui nous amène avec sourires et émotions sur les chemins de la maladie, de la chute et d’une certaine rédemption. Le 3 avril, Dernières nouvelles du Cosmos vous laissera sans voix tellement vous serez touché par ce documentaire étonnant. On y découvre progressivement Barbouillec, une jeune autiste qui se révèle une poétesse hors du commun, sans avoir jamais avoir appris à lire ni à écrire.

Debbie Lynch-White, l’interprète de la Bolduc, nous revient le 10 avril dans Happy face, une fiction audacieuse qui aborde la tyrannie de la beauté, en nous faisant côtoyer plusieurs personnes devant vivre – réellement – avec leur marginalité physique.

Le 17 avril, dans la foulée du très populaire film Demain, le MEM présente Qu‘est-ce qu’on attend? Ce documentaire percutant nous entraîne à Ungersheim, un petit village français de 2 200 habitants, en transition dans le but de protéger l’environnement et les générations futures. On y décrit les mesures mises en œuvre par les citoyens, autant d’exemples de cohésion et de solidarité sociale.

Le 24 avril, Une femme en guerre, un suspense écologique tourné en Islande, en France et en Ukraine, clôt en beauté et en musique cette programmation enlevante.

Les projections débutent à 19 h 15, au CRAPO (187, rue Ste-Louise, St-Jean-de-Matha). Ciné-Blabla bénéficie de l’appui financier de la SODEC, permettant ainsi d’offrir des présentations de qualité à faible coût, soit 7 $ la séance.

Pour consulter la programmation complète de la saison hivernale de Ciné-BLABLA:
Ciné-BLABLA